VOTE | 68 fans

24 heures chrono
#709 : 16h00 - 17h00

Henry Taylor est dans un état critique, Jack et Renée suivent de très près la petite-amie de Dubaku qui va les mener tout droit à lui, mais un mandat est lancé contre eux,. Ils sont arrêtés par la police, Moss tente de les libérer au plus vite. La taupe du FBI est dévoilée.

Popularité


4 - 1 vote

Titre VO
4:00 pm - 5:00pm

Titre VF
16h00 - 17h00

Vidéos

24 Season 7 Episode 9 Preview

24 Season 7 Episode 9 Preview

  

Plus de détails

Date de diffusion US : 16 Février 2009
Date de diffusion FR :
Audience :  11.2 Millions de téléspectateurs 

Réalisé par : Milan Cheylov

Ecrit par : Joel Surnow, Robert Cochran, David Fury

Personnages :

Carlo Rota (Morris O'Brian),

Glenn Morshower (Agent Aaron Pierce)

Isaach de Bankolé (Ule Matobo),

Ever Carradine (Erica),

Hakeem Kae-Kazim (Colonel Ike Dubaku),

Enuka Okuma (Marika),

Andi Chapman (Rosa).

 

 

16h00 : La Police et une ambulance arrivent devant l'épicerie. Les ambulanciers sont conduits par Renée jusqu'à Henry. Elle leur demande de garder son identité secrète tant que l'information n'est pas officielle. Jack leur cède la place et demande à Renée de fouiller la pièce à la recherche d'indices tandis que lui appelle la Maison Blanche. Il apprend à la Présidente les blessures dont souffre son mari ainsi que la disparition de Dubaku. N'ayant plus de moyen de pression, ce dernier doit maintenant probablement chercher un moyen de quitter le pays.

 

16h03 : Taylor décide de se rendre à l'hôpital au chevet de son mari. Ethan tente de l'en dissuader puisqu'elle doit mener l'invasion militaire du Sangala. Qui plus est, tout ce complot rend sa sécurité difficile à assurer. Mais la Présidente est déterminée et propose de s'y rendre par ses propres moyens s'il le faut. Bill se propose, pensant avoir mérité sa confiance.

La Présidente accepte de lui rendre temporairement son accréditation et de l'autoriser à faire un tri dans sa sécurité. Bill lui demande d'accréditer également Chloé pour qu'elle puisse offrir son expérience de gestion tactique au FBI, également corrompu. Ethan n'est pas à l'aise à l'idée de donner un statut à tous ces ex-agents de la CAT mais la Présidente est prête à tout pour trouver Dubaku.

16h06 : Dubaku se rend au fast-food où travaille Marika. Il lui annonce son intention de quitter le pays et lui avoue avoir menti et être illégalement dans ce pays. Marika pense que sa sœur n'est pas étrangère à la situation. Mais peu importe, il veut juste qu'elle l'accompagne à Belize et propose pour la convaincre de faire venir sa sœur Rosa par la suite. Marika accepte et part préparer ses valises.

16h08 : Dubaku contacte un homme chargé de faire les arrangements pour son départ. Ce dernier s'inquiète de la réaction du général Juma lorsqu'il apprendra que son Colonel a abandonné sa mission. Mais Dubaku n'en a que faire et lui conseille de s'occuper de lui arranger un vol pour 2 le plus rapidement possible. Il lui donne rendez-vous dans 15 minutes à l'hôtel Roosevelt.

 16h09 : Toujours à l'épicerie, Renée et Jack tente d'accéder sans succès à un disque dur. Ils se mettent ensuite à la recherche des PDA des terroristes lorsque Renée reçoit un appel de Larry. Elle le briefe sur la fusillade et l'état d'Henry mais lui veut savoir comment elle se sent. Elle s'isole dans une pièce et lui affirme que tout va bien. Mais Larry n'en croit pas un mot puisque Mme Vossler a signalé qu'elle avait été prise en otage avec son fils sous la menace d'une femme. Larry critique de nouveau les méthodes violentes de Jack et s'inquiète de la voir suivre le même chemin.

Renée les défend dans la mesure où elles ont donné un résultat. Mais elle ne nie pas être effrayée de devenir le monstre que semblait voir en elle Mme Vossler. Jack qui a entendu sa conversation arrive et lui annonce avoir trouvé une adresse pouvant les conduire à Dubaku. Renée demande une couverture satellite sur le lieu à Larry. Il accepte mais ils devront attendre que Chloé arrive et s'installe au FBI. En partant, Jack demande à Renée si tout va bien. Elle lui répond oui.

16h16 : Marika est de retour chez elle. Tandis que sa sœur dort, elle se faufile dans sa chambre et commence à faire ses valises.

Chloé se fait déposer par Morris devant les locaux du FBI. Ce dernier s'inquiète de sa sécurité dans un bâtiment où sévissent peut-être plusieurs taupes. Mais Chloé refuse son aide. Elle embrasse leur fils Prescott sur la banquette arrière et demande à Morris de bien s'occuper de lui.

16h18 : Au FBI, Larry donne plusieurs tâches de nature administrative à Janis qui ne comprend pas pourquoi c'est à elle de s'en charger. Il lui demande de lui ouvrir un socket VPN sécurisé dans la salle de conférence, ce qu'elle ne comprend pas non plus. Il lui ment en lui annonçant la venue d'un consultant de la Sécurité Intérieure pour confirmer que le pare-feu est de nouveau sécurisé.

Il s'agit en fait de Chloé qu'il part accueillir. Alors qu'il la briefe sur la requête de Renée, Chloé s'inquiète de son exposition. Larry la rassure en lui disant qu'il a menti à tous sur la véritable raison de sa présence. De plus, c'est le seul endroit permettant d'accéder à tous les serveurs. Chloé lance une remarque sur l'incompétence de leur installateur informatique qui se trouve être Larry lui-même.

Alors qu'elle continue à s'installer, Larry constate qu'il est surprenant qu'elle soit toujours en vie considérant le temps qu'elle a passé aux côtés de Jack et la vitesse à laquelle les morts s'amoncellent autour de lui. Chloé lui répond que Jack est l'homme le plus digne de confiance et le plus honorable qu'elle connaisse. Elle le remet à sa place en lui conseillant de s'occuper un peu plus de la taupe et moins de Jack.

16h20 : Janis regarde intensément Chloé tandis qu'Erica arrive et la reconnaît. Elle l'a visiblement connu par le passé et pointe du doigt le fait qu'elle n'ait affilié à aucune agence depuis le démantèlement de la CAT. Larry a donc menti.

16h21 : Dubaku arrive à l'hôtel Continental et retrouve son correspondant, un dénommé Mr Burnett. Ce dernier lui donne les papiers et les détails relatifs à son vol. Dubaku demande un chauffeur pour récupérer Marika chez elle, mais l'homme semble inquiet qu'elle ne fiche en l'air sa porte de sortie.

Dubaku lui fait comprendre qu'il vaudrait mieux qu'il ne lui arrive rien pendant son extraction. Sans quoi, une liste avec les traîtres et leurs comptes bancaires serait envoyé au département de la Justice. Tandis qu'il quitte l'hôtel, Burnett appelle quelqu'un pour annoncer le changement de plan : Dubaku ne doit plus être assassiné et ce pour garantir leur anonymat.

16h23 : Marika termine ses valises alors que Rosa la confronte. Marika lui annonce que Samuel lui a tout avoué pour son passeport et qu'elle quitte le pays avec lui ce soir. Rosa pourra les rejoindre dans 2 jours. Mais les deux femmes s'engueulent car Rosa refuse de faire confiance à ce Samuel. Alors que Marika s'apprête à franchir la porte, Jack la défonce et fait irruption avec Renée, prenant les deux femmes à parti. Ils veulent savoir où se trouve Dubaku mais elles l'ignorent. Jack leur montre en photo.

Marika qui reconnaît Samuel, ment à Jack qui n'en est pas dupe. Rosa l'identifie tandis que Jack demande à Marika si elle sait ce qu'il fait dans ce pays. A sa réponse, il comprend qu'elle n'est que sa petite amie.

16h30 : Taylor arrive à l'hôpital avec Bill et Ethan et apprend par le chirurgien d'Henry qu'il a besoin d'une intervention qui durera au minimum 4 heures. Elle lui demande un pronostic vital en lui précisant qu'elle apprécie la franchise. Le Dr lui répond que ses chances sont faibles.

Elle discute ensuite quelques minutes avec Henry et s'excuse de ne pas l'avoir écouté au sujet de la mort de Roger. Tandis qu'Henry est conduit au bloc, Taylor demande à Bill s'il connaît une personne digne de confiance qui pourrait retrouver et conduire sa fille Olivia au chevet de son père. Taylor et elle ne se parlent plus depuis longtemps et il serait inutile qu'elle tente de la joindre. Bill accepte d'envoyer quelqu'un.

16h33 : Renée montre à Marika quelques photos montrant les atrocités commises par Samuel alias Dubaku. Jack lui demande son aide pour l'aider à l'arrêter avant qu'il n'ait quitté le pays. Elle devra répondre au téléphone pour apprendre le lieu de leur rendez-vous. Mais Marika refuse au moment même où le téléphone sonne. Elle décroche la voix tremblante, se justifiant par une dispute qui a éclatée avec sa sœur au sujet du départ. Dubaku lui demande d'attendre devant chez elle une voiture qui la conduira jusqu'à lui. Elle accepte et raccroche.

16h36 : N'ayant pas le lieu du rendez-vous, Jack et Renée discutent stratégie. Jack pense qu'ils doivent impliquer Marika et la laisser rejoindre Dubaku. Renée désapprouve, mais c'est la seule option selon Jack. Ce dernier demande donc à Marika son accord.

Malgré la désapprobation de Rosa, Marika accepte. Jack lui explique alors qu'ils vont se servir de son portable comme transpondeur pour pouvoir la suivre jusqu'à Dubaku. Une fois sur place, ils interviendront. Mais Rosa n'est pas d'accord. Marika lui avoue qu'elle aurait mieux fait de l'écouter.

16h38 : Jack contacte Larry qui le met en relation avec Chloé. Il a besoin d'une surveillance satellite pour un téléphone portable dont il lui transmet le numéro. Tandis qu'il explique à Larry son plan, Janis continue à fixer la salle de conférence. Elle essaie de s'introduire dans le système de Chloé pour voir sur quoi elle travaille. Mais en vain.

16h44 : Dans un salon, Olivia Taylor s'entretient avec un client lorsqu'un agent des Services Secrets se présente à elle. Il s'agit d'Aaron Pierce, aujourd'hui agent à la retraite. Olivia lui apprend qu'elle a refusé de bénéficier de la protection des Services Secrets.

Aaron insiste mais refuse de lui révéler les raisons de son intervention devant le client. Ce dernier se décide à partir, se sentant visiblement de trop. Aaron lui fait alors part de l'état de santé de son père. Elle accepte alors de le suivre, visiblement inquiète.

16h46 : Janis demande à Sean et au nom de Larry la clé digitale permettant d'accéder au serveur. Sean, qui comprend vite qu'elle ment, lui en demande le motif. Elle lui explique qu'elle pense que Larry veut la faire remplacer par Chloé et veut savoir sur quoi ils travaillent en salle de conférence. Sean refuse et elle le fait alors chanter en le menaçant de révéler son adultère à Larry. Sean lui donne la clé.

16h47 : Chloé a maintenant le signal relié au portable de Marika et en informe Jack. Tandis que Rosa lui demande de prendre soin de sa sœur, Renée quitte l'appartement avec Jack et Marika. Dans le hall de l'immeuble, Marika abandonne les deux agents et rejoint son chauffeur. Jack et Renée se disputent alors au sujet de la sécurité de la jeune femme.

Renée n'a pas l'habitude de diriger une opération sans renfort et est inquiète. Jack lui rappelle qu'ils ne doivent se souvenir que de leur but : trouver Dubaku. Et surtout éviter de s'impliquer émotionnellement. Ils se mettent à leur tour en route sous les instructions de Chloé.

16h50 : Janis se rend dans la salle des serveurs et accède au poste de Chloé en utilisant la clé que lui a remise Sean.

16h54 : Jack et Renée suivent Marika à un kilomètre d'intervalle. Janis observe tout depuis la salle des serveurs. Mais d'autres agents entrent dans la pièce et elle est obligée d'arracher rapidement la clé, ce qui fait perdre à Chloé sa grille de suivi. Mais elle réapparaît quelques secondes plus tard.

Chloé lance donc un diagnostique et découvre que quelqu'un du FBI a accédé à son poste et vu ce qu'elle regardait. Larry commence à paniquer et observe avec attention chaque membre de son personnel, la taupe ne pouvant être identifiée. Sur le terrain, plusieurs voitures de Police font  soudainement leur apparition et bloquent la voiture de Jack et Renée.

Ils sont tous deux arrêtés tandis que Jack met la pression à Larry pour clarifier la situation avant qu'ils ne perdent Marika et Dubaku. Larry contacte donc le chef de la Police qui lui apprend qu'un mandat d'arrêt a été lancé par le FBI contre Renée et Jack. Larry nie mais Chloé lui montre le dit mandat authentifié par leur code. Larry donne l'ordre au Chef de la Police de les relâcher sous son autorité. Mais il refuse. 

16h57 : Janis rend à Sean la clé pour accéder aux serveurs. Elle lui explique qu'elle ne va pas être remplacée mais que Larry dirige une sorte d'opération sous-couverture avec Jack pour débusquer Dubaku. Elle rejoint son poste tandis que Sean contacte Burnett pour lui apprendre qu'il s'est occupé de Jack et Renée. Il lui apprend que Larry se sert du portable de la jeune femme comme transpondeur et ne peut donc le désactiver de son poste.

Sean ne comprend pas pourquoi il doit continuer à aider Dubaku alors qu'il était prévu qu'il soit assassiné. Burnett lui explique que Dubaku a assuré ses arrières grâce à une liste de tous les traîtres où Sean, comme lui figurent. Sean raccroche, anxieux.

16h59 : Burnett contacte Dubaku et lui apprend la trahison de Marika qui aide le FBI. Il refuse d'y croire jusqu'à ce que Burnett lui dise que l'information vient de sa source au FBI. Il lui conseille de se rendre à la piste de décollage et de quitter le pays tout de suite. Mais Dubaku refuse, voulant s'occuper de Marika d'abord....

 17h00.

 

 

24 HEURES CHRONO

Transcript by Maluzo83 - Posted on Hypnoweb

Episode 709 :  16H00 PM - 17H00 PM

© Twentieth Century Fox Film Corporation.

  

  

LES ÉVÈNEMENTS SUIVANTS SE DÉROULENT ENTRE 16 H 00 ET 17 H 00

L'HISTOIRE SE PASSE EN TEMPS RÉEL.

  

PRÉCÉDEMMENT DANS 24

 

Henry : Fils de pute. La mort de mon fils, c'est vous.

Dubaku : Madame la Présidente. J'ai votre mari. Retirez les forces qui menacent mon pays immédiatement et définitivement, ou votre mari mourra lentement et douloureusement.

Marika : Je voulais savoir si tu viens toujours dîner ce soir.

Dubaku : Marika, je ne peux pas. Je me rattraperai.  Marika n'est pas avec moi.

Rosa : C'est toi que je cherche, Samuel. Quel que soit ton vrai nom Je ne sais pas qui tu es vraiment, et je m'en fiche. Je veux que tu sortes de la vie de ma soeur.

Renée :  Tu veux bien taire un incident jusqu'à ce qu'on sache ce qu'on fait ?

Moss : Quel incident ?

Renée : Vossler est mort. Jack l'a tué à l'hôtel sur la 18e. C'était de la légitime défense.

Moss : Bon sang, qu'est-ce que tu fous avec ce type ? Tu es censée ramener des suspects, pas les tuer.

Renée : Tant qu'on ne connaît pas la taupe, tu dois gérer ça en dehors du Bureau, Dubaku est le seul à avoir les noms de ceux qui vous ont trahi. Le trouver est primordial.

Présidente Taylor : Vous avez quitté votre service, et le Sénat vous considère comme un agent renégat. Comment puis-je savoir envers qui va votre loyauté ?

Jack : Avec tout le respect que je vous dois, demandez autour de vous.

Jack : J'ai une adresse pour Henry Taylor.

Jack : Une ambulance !

  

  

CES ÉVÈNEMENTS SE DÉROULENT ENTRE 16 H 00 ET 17 H 00.

 

Renée :  Ne laissez entrer personne d'autre. Suivez-moi. C'est le mari de la présidente, mais ça doit rester confidentiel.

-Compris ?

Jack : M. Taylor, ne parlez pas. Ménagez-vous. Par ici !

-Excusez-moi. Reculez, s'il vous plaît. Ici l'unité 6. On a une blessure par balle à la poitrine.

Jack : Du 9 mm.

-Du 9 mm, sous-sternale. Pouls rapide.

Jack : Ça va ?

Renée : Oui.

Jack : Je vais appeler la présidente. Fouillez partout, essayez de savoir où Dubaku est parti. -Jack Bauer. Passez-moi la présidente.

-Un instant, je vous prie.

Ethan : Ne perdez pas espoir.

Présidente Taylor : Dubaku sait qu'on a tenté de le duper. Il n'a pas de raison de garder Henry en vie.

-Madame la Présidente, Jack Bauer sur la ligne 1.

Présidente Taylor : Passez-le-moi. M. Bauer, ici la présidente Taylor.

Jack : Nous avons votre mari. Il est vivant, mais a reçu une balle dans la poitrine.

Présidente Taylor : Comment va-t-il ?

Jack : Les secours s'en occupent. Ils vont le transférer à l'hôpital d'Arlington.

Présidente Taylor : Donnez-moi plus de détails. Va-t-il s'en sortir ?

Jack : On en saura plus quand les médecins l'auront vu. Il a perdu beaucoup de sang.

Bill : Vous avez Dubaku ?

Jack : Non, il est parti avant notre arrivée. Votre mari étant le dernier moyen de pression de Dubaku, il doit essayer de quitter le pays.

Présidente Taylor :  Vous savez comment il compte s'y prendre ?

Jack : Non. Tous ses hommes sont morts pendant l'assaut. L'agent Walker et moi allons rester pour fouiller le secteur. Le plan de sortie de Dubaku est sûrement prêt. Il va falloir le trouver rapidement.

Présidente Taylor :  Merci, M. Bauer. Tenez-moi informée.

Jack : Oui, Madame. Je suis désolé.

Ethan : Je suis vraiment désolé, Madame la Présidente.

Présidente Taylor : Ethan, je vais à l'hôpital auprès de mon mari.

Ethan : C'est impossible. Vous dirigez une invasion militaire.

Présidente Taylor : Mes généraux la dirigeront très bien sans moi.

Ethan : Mais les services secrets sont compromis. Nous ne pouvons vous protéger  hors d'ici.

Présidente Taylor : Peu m'importe. Je ne resterai pas dans ce bureau quand mon mari se bat contre la mort. Trouvez quelqu'un pour m'y conduire, ou j'irai à l'hôpital toute seule.

Bill : Madame la Présidente, vous connaissez mes états de service. Si ça vous convient, je suis prêt à assurer votre sécurité.

Ethan : Bill, vous n'êtes plus accrédité. Vous n'en avez plus le pouvoir.

Bill : Tant qu'on n'a pas capturé Dubaku, on ne sait pas Qui travaille pour lui. Vous ne savez pas à qui vous fier.

Présidente Taylor : Mais je peux me fier à vous.

Bill : C'est moi qui ai découvert le complot, j'espère le mériter.

Présidente Taylor : De quoi avez-vous besoin ?

Bill : Réhabilitez-moi, autorisez-moi à contrôler le personnel de la Maison Blanche, et permettez-moi d'affecter un de mes hommes au FBI qui apportera un soutien tactique à Larry Moss.

Présidente Taylor :  Qui, en particulier ?

Bill : Chloé O'Brian. Je réponds d'elle.C'est la meilleure.

Ethan : Son accréditation a été révoquée à la dissolution de la CTU. Personne ne peut s'en occuper sans qu'on ait à la réintégrer ?

Bill : Dubaku paye un membre du FBI. Tant qu'on ignore son identité, on ne peut pas demander au FBI de traquer Dubaku.

Présidente Taylor : Très bien. La sécurité de la Maison Blancheest dirigée par l'agent Hovis. Il vous remettra les protocoles de sécurité.

Bill : Je le connais. Ça ne va pas lui plaire. Il ne se laissera pas faire.

Présidente Taylor : Étant donné que ses propres agents sont responsables de ce qui est arrivé à mon mari, je me fiche de lui plaire. Vous avez votre affectation provisoire avec mon autorisation.

Bill : Merci.

Présidente Taylor :  Remerciez-moi en m'emmenant à l'hôpital.

Bill : Je m'en occupe.

Présidente Taylor :  Je connais vos préoccupations, mais j'ai pris ma décision.

Ethan : Je ne fais que mon travail en veillant à vos intérêts.

Présidente Taylor :  Mon intérêt, en cet instant, est de capturer Iké Dubaku. Il a tué de nombreux Américains, il a tenté de tuer mon mari, et il a corrompu notre gouvernement. Je veux qu'on retrouve ce fils de pute à tout prix.

________________________

 16 :06 :28

Marika : Samuel, qu'est-ce que tu fais là ?

Dubaku : Il faut qu'on parle.

Marika : J'ai une pause dans 20 minutes.

Dubaku :  Non, maintenant. Viens.

Marika : Qu'est-ce qu'il y a ? Tu me fais peur.

Dubaku : Il est arrivé quelque chose. Je dois quitter le pays.

Marika : Quoi ? Quand ?

Dubaku : Immédiatement.

Marika : Je comprends pas. Tu reviens quand ?

Dubaku : Marika, écoute-moi. Je t'ai caché quelque chose. Mon visa a expiré il y a deux mois. Je suis clandestin. L'immigration m'a attrapé.

Marika : C'est ma soeur, c'est ça ? Elle t'a dénoncé ?

Dubaku : Ça n'a plus d'importance. Je dois quitter le pays ce soir,  et je veux que tu m'accompagnes.

Marika :  Ce soir ?

Dubaku : Marika, on en a déjà parlé. Je t'ai promis de t'emmener loin d'ici, de te donner le bonheur que tu mérites.

Marika : Samuel, je le veux aussi, mais pas ce soir, c'est trop tôt.

Dubaku :  Marika, j'ai pas le temps de discuter avec toi !

Marika : Désolé. Je peux pas laisser Rosa. Elle a besoin de moi. Elle n'a que moi, tu le sais.

 Dubaku : Je sais. Elle viendra avec nous.

Marika : Avec nous ?

Dubaku : Dès que possible. Je n'ai pu avoir des billets que pour nous deux ce soir. Mais promets-moi de ne rien lui dire pour l'instant.

Marika : Impossible. Je peux pas m'enfuir.

Dubaku : Elle nous causera des ennuis et nous empêchera de partir. Je te promets que ta soeur nous rejoindra quelques jours après notre arrivée. D'accord ?

Marika : Notre arrivée où ?

Dubaku : À Belize. Je t'ai montré les photos de ma maison. Tu m'aimes ?

Marika :Tu le sais.

Dubaku : Fais-moi confiance. Tu viendras ?

Marika : Je vais chercher mes affaires.

Dubaku : Il faut que je finisse les préparatifs. Va faire tes bagages. Je t'appellerai.

Marika : D'accord.

Dubaku : C'est moi. Tout est prêt ?

-Presque. C'est difficile de préparer un plan de vol depuis que l'Aviation civile a cloué presque tous les avions au sol.

Dubaku : Vous y arriverez. C'est bien pour deux passagers ?

- Comme convenu. Vous voulez vraiment partir maintenant ? Juma ne sera pas ravi d'apprendre que vous abandonnez la mission.

Dubaku : La mission est terminée. J'ai fait ce que j'ai pu. Si ça ne lui suffit pas, qu'il aille au diable.

-J'ai vos passeports et votre itinéraire. Je vous les apporte dans une demi-heure à l'endroit habituel.

Dubaku : On se retrouve dans le hall de l'hôtel Roosevelt.

-C'est une mauvaise idée. Il y aura foule à cette heure.

Dubaku : Je sais. On s'y retrouvera plus tôt. Dans 15 minutes. Allez-y.

___________________________

Renée : Il ne veut pas démarrer.

Jack : Le disque dur doit être mort. On va fouiller les corps. Commencez par lui.

Renée : Oui.

Moss :  Renee, c'est moi. Bill Buchanan vient de me briefer. Comment va Henry Taylor ?

Renée :Il vient de partir en ambulance pour l'hôpital d'Arlington. Je connais pas son état.

Moss : Buchanan m'a parlé de la fusillade.

Renée : Oui, on a abattu 6 des hommes de Dubaku, mais Dubaku est parti avant notre arrivée.

Moss : Tu vas bien ?

Renée : Ça a été pire.

Moss : T'es sûre ?

Renée : Ça va, Larry.

Moss : Vraiment ? Je n'en suis pas si sûr.

Renée : Comment ça ?

Moss : J'ai reçu un fax de la Police de Washington. Une Mme Carol Vossler prétend qu'une inconnue armée l'a retenue en otage, et qu'elle a menacé de tuer son fils.

Renée : On en a déjà parlé. On devait le forcer à nous dire où était M. Taylor. C'était le seul moyen.

Moss :  Faire ce qui est nécessaire. L'excuse de Bauer pour tous les choix immoraux qu'il prend.

Renée : Ça a marché. C'est pas rien, non ?

Moss : Il va être auditionné par la commission du Sénat, et toi, tu suis ses règles. T'as déjà la justice sur le dos avec cette affaire Tanner, et maintenant, ça.

Renée : Personne n'a été blessé.

Moss : Personne ? Il a tué le mari de cette femme ! Je te jure, je suis effrayé par ce qui t'arrive. Tu leur as fait vivre un enfer, et ça te fait même pas sourciller.

Renée : J'ai pas dit que ça me touchait pas. J'ai dit que ça avait marché. Bien sûr que ça me dérange. Je peux voir son visage. Ils me regardaient avec tellement... Elle se doutait pas que son mari était un assassin, un traître, et elle me regardait comme si j'étais le monstre. Quitte pas.

Jack : J'ai croisé les infos des PDA. Et je suis tombé sur des transactions. Toutes proviennent de comptes enregistrés à la même adresse.

Renée :  C'est une planque ?

Jack :  Tentons notre chance.

Renée : On a peut-être l'adresse de Dubaku.

Jack : 21 917 Euclid Street. Appartement 6.

Renée : On y va. On peut avoir une couverture satellite ?

Moss : Buchanan nous envoie quelqu'un, mais tant qu'elle est pas là, vous êtes aveugle.

Renée :On reste en contact.

Jack : Ça va, vous êtes sûre ?

Renée : Ça va. Allons-y.

 

16 :16 :35

« Le FBI continue d'enquêter sur les actes terroristes qui sont survenus dans la capitale et à Kidron dans l'Ohio. La présidente a tenté de dissiper les craintes en déclarant la fin des menaces. Des sources à la Maison Blanche ne confirment pas que tous les responsables ont été arrêtés. »

Morris : Pas besoin de moi, sûr ?

Chloé : Je couvre juste les opérations du FBI jusqu'à l'arrestation de Dubaku. Une fois arrêté, il nous dira qui est impliqué au gouvernement.

Morris :Et on pourra rentrer ?

Chloé : Et on pourra rentrer.

Morris : Sois prudente, d'accord ? Si Buchanan a raison et que Dubaku a quelqu'un au FBI.

Chloé : Je m'occupe de moi. Toi, occupe-toi de Prescott. Mon coeur, maman va travailler, tu seras gentil, d'accord ?

-Au revoir, maman.

Chloé : Toi aussi, sois gentil.

Morris : D'accord. Si t'es débordée, tu sais où me trouver.

Moss : Croise nos grilles avec celles de l'Intérieur. Vérifie les correspondances. Ensuite, vérifie les pointages.

Janis : Vous plaisantez ? C'est un job d'administration de merde, ça.

Moss : Je n'ai ni le temps ni l'envie de justifier mes choix. Fais-le.

-Chloe O'Brian vient de passer la sécurité.- Elle arrive.

Moss :  Merci. Établis un VPN dans la salle de conférence.

Janis : Pourquoi ?

Moss : J'y installe un consultant qui va vérifier le pare-feu. C'est bon. Descendez-le. Larry Moss. Bienvenue au FBI.

Chloé :  Appelez-moi Chloé.

Moss : Très bien, c'est juste ici. Vous êtes prête ?

Chloé :  Oui.

Moss : L'Agent Walker et Bauer sont sur une piste. Ils sont en route pour cette adresse. Walker a demandé une couverture satellite. Qu'est-ce qui y a ? Un problème ?

Chloé :  Tout le monde peut me voir. S'il y a une taupe, on devrait être plus prudents.

Moss : Pour eux, vous travaillez sur le pare-feu. Et il n'y a qu'ici que vous pourrez avoir un accès complet aux serveurs. Notre réseau ne supporte pas les contrôles à distance.

Chloé : C'est inefficace. Celui qui l'a monté ne savait pas ce qu'il faisait.

Moss : C'est moi.

Chloé : Autre chose ?

Moss : Vous avez longtemps travaillé avec Bauer, non ?

 

 

Chloé :  7 ans, plus ou moins.

Moss : Impressionnant. Vous avez survécu.

Chloé :  De quoi parlez-vous ?

Moss : D'autres n'ont pas eu cette chance. Curtis Manning, Ryan Chapelle. Sa femme.

Chloé : Vous dites qu'elle est morte à cause de Jack ?

Moss : À votre avis ?

Chloé :  C'est l'homme le plus digne de confiance et le plus honorable que je connaisse. Ne vous occupez pas de lui, mais plutôt de la taupe qui travaille pour Dubaku.

Erika :  C'est Chloé O'Brian ?

Janis : Quoi ?

Erika : Dans la salle de conférence. Elle était analyste à la CTU. J'ai suivi son séminaire. Que fait-elle là ?

Janis : D'après Larry, l'Intérieur l'a envoyée pour vérifier le pare-feu.

Erika : Quoi ? C'est pas trop son domaine. De plus, elle est inactive depuis le démantèlement de la CTU.

________________________

 

16 :21 :16

-Vos passeports et plans de vol. Un Hawker-Siddley 748 est prêt à partir de Taft Airfield. Soyez prêt à vous envoler pour les Îles Caïmans d'ici 30 min. Vous n'aurez aucun mal à rejoindre Belize de là-bas.

Dubaku : Il me faut une voiture et un chauffeur.

-Je supposais que vous en aviez.

Dubaku : Ce n'est pas pour moi.

-Je vois. C'est pour la fille. Je suis pas sûr de pouvoir trouver quelqu'un de confiance.

Dubaku : Vraiment ? Et votre homme au bar ?

- Pardon ?

Dubaku : Ou un de ceux au balcon ? Ou les deux dans la berline qui attendent que je parte. Me prenez-vous pour un fou, M. Burnett ? Je sais que je suis devenu gênant pour vous.

Burnett : Ils sont là pour assurer votre sécurité, pas pour la menacer.

Dubaku : Assurer ma sécurité. Trop aimable. Et dit avec une telle sincérité. Emportez ce message avec vous. Si quelque chose devait m'arriver, un accident ou une tentative d'assassinat, si l'avion si généreusement offert venait à exploser, une liste de noms et de comptes de tous ceux impliqués sera envoyée à la Justice.

Burnett : C'est inutile.

Dubaku : Et il en va de même pour Marika Donoso. Je vous jure qu'elle ne sait rien. Elle n'est pas une menace. Assurez-vous que votre chauffeur le sache. Vous avez compris ce que j'ai dit ? Dites-moi que vous m'avez compris pour qu'il n'y ait pas d'erreur.

Burnett : J'ai compris.

Dubaku : Bien. S'il y a une chose que j'ai apprise avec les mercenaires, M. Burnett, c'est qu'au bout du compte, ils ne se soucient que de leur survie. Bonne journée.

Burnett : Allo ! J'avais raison. Il suspectait qu'on allait l'éliminer, et apparemment, il a des preuves comme assurance. Nous devons nous assurer qu'il sorte du pays. Sinon, on est tous compromis. Je fais le nécessaire.

__________________________

 

Rosa : Qu'est-ce que tu fais ? Où tu vas ?

Marika : Rosa, écoute-moi. On part d'ici. Nous tous.

Rosa : Comment ça ?

Marika : Samuel m'a dit la vérité. C'est un clandestin, comme tu le pensais. Il doit quitter le pays, et je l'accompagne.

Rosa : Tu me laisses ? Seulement pour un petit moment. Tu nous rejoindras. Samuel a tout prévu. On va habiter dans sa maison à Belize.

Rosa : Il te ment.

Marika : Non.  Je te laisserai pas faire ! Mon Dieu, Rosa. Je me suis occupée de toi toute ma vie. J'ai tout sacrifié pour toi.  Laisse-moi ça.

Rosa : Je lui fais pas confiance.

Marika : T'as jamais aimé les hommes qui s'intéressaient à moi. Chaque fois que j'ai eu l'occasion d'être heureuse, tu as tout gâché. Pas cette fois.

Rosa : Je t'en supplie, écoute-moi. S'il te plaît.

Marika : Arrête. Bouge !

Rosa : S'il te plaît. Écoute-moi. Je t'en supplie...

Renée : FBI, ne bougez pas !

Jack : À genoux ! Maintenant ! Croisez les mains derrière vos têtes ! Tout de suite ! Ne bougez pas !

Renée : Rien à signaler.

Jack : Où est Dubaku.

Marika : Qui ?

Renée : Ne jouez pas avec moi. Iké Dubaku. Son compte bancaire est domicilié ici. Où il est ?

Rosa : On sait pas de quoi vous parlez.

Jack : Je vais vous faciliter les choses. Vous connaissez cet homme ? Vous mentez ! Pourquoi vous mentez ?

Rosa : Montrez-moi. C'est lui. On le connaît. Il se fait appeler Samuel Aboa.

Marika : Tais-toi, Rosa !

Rosa : Elle allait partir avec lui.

Jack : Où ça ? Où alliez-vous ?

Marika : Je ne sais pas.

Jack : Comment vous le connaissez ? Vous travaillez pour lui ?

Marika : Non.

Jack : Vous savez ce qu'il fait dans ce pays ? Vous avez la moindre idée de qui est cet homme ?

Marika : Il est toute ma vie.

 

16 :30 :32

Présidente Taylor : Infirmière ?

- Mitchell.

Présidente Taylor :  Je désire voir mon époux.

-Je ne sais pas si vous pouvez. Où est Dr Schulman, le chirurgien qui va opérer mon mari /

Schulman : Madame la Présidente, Lee Schulman, le chirurgien de votre époux. Je vous conduis à lui, mais vous devrez faire vite.

Présidente Taylor : Merci.

Schulman : Vous devez savoir que l'opération durera au moins 5 heures. La balle a lacéré l'artère pulmonaire et se trouve dans la région thoracique. Il souffre aussi d'une hémorragie interne.

Pouvez-vous établir un pronostic ? Je suis une femme directe, monsieur. J'apprécie la franchise.

Schulman : Ses chances sont faibles. Mais je ferai au mieux. Veuillez m'excuser, je dois passer à la stérilisation.

Présidente Taylor :  Chéri, tu m'entends ?

Henry : Oui, mon amour.

Présidente Taylor :  Je suis là. Je m'en veux de ne pas t'avoir écouté pour Roger. Tu avais raison. Il ne s'est pas suicidé. Je l'ai appris. Tu as toujours eu raison.

Henry : C'était un héros.

Présidente Taylor :  Oui. Tu en es un, toi aussi.

-Madame la Présidente, nous allons procéder à l'anesthésie.

Présidente Taylor :  Bill, J'ai besoin d'un service. Je veux qu'on trouve ma fille Olivia et qu'on l'amène ici.

Bill : L'avez-vous mise au courant ?

Présidente Taylor :  Nous ne nous sommes pas parlé depuis longtemps. Elle ne répondrait pas si je l'appelais. Elle est consultante chez Martling-Norris. Pouvez-vous envoyer un homme de confiance ?

Bill : Oui, madame. Je connais quelqu'un.

_________________________

Renée : Le voilà en uniforme de la garde présidentielle aux portes de la prison de Mukatu. Là, dans le stade après le massacre de Barakar. Ce qui lui a valu le surnom de "boucher du Sangala".

Marika : Arrêtez, je vous en prie. Quel est son vrai nom, déjà ?

Jack : Dubaku ! J'ai vu ce dont il est capable. J'étais en Afrique, il y quelques mois. Il a fait tuer un de mes amis. Je sais que c'est difficile. Je suis désolé. Vraiment. Mais on a besoin de vous maintenant.

Marika : Comment ?

Jack : On doit arrêter cet homme avant qu'il quitte le pays.

Rosa : Elle vous a dit qu'elle ne sait pas où il est.

Renée :  Vous avez dit que vous devez le retrouver. Où ça ?

Marika : Il n'a rien dit. Je devais rentrer, faire mes valises et attendre son appel.

Jack : Donnez-moi votre portable.

Marika : Pourquoi ?

Jack : Quand il appellera, vous répondrez.

Marika : Je ne peux pas faire ça.

Jack : Vous pouvez. Écoutez-moi. C'est terminé. L'homme que vous croyiez connaître, celui que vous aimiez, il n'existe pas. Tout ce qu'il vous reste, c'est ses mensonges et sa trahison. C'est lui ? Je vous en prie. Vous devez juste lui répondre  et lui parler pour découvrir où il veut vous rencontrer. Vous pouvez le faire. Essayez.

Dubaku : Tout va bien ?

Marika : Oui.

Dubaku : Pourquoi tu as mis si longtemps à répondre ?

Marika : Je faisais mes valises dans la chambre. Où es-tu ?

Dubaku :  Qu'y a-t-il ? Ta voix n'est pas normale.

Marika : C'est à cause de Rosa. Elle m'a vue me préparer. On s'est disputées.

- Dubaku : Elle va poser problème ?

Marika : Non. Désolée, Samuel. Mais j'ai dû tout lui dire. Je n'avais pas le choix. Mais elle a compris.

Dubaku : Tu en es sûre ?

Marika : Oui, elle est d'accord. Je lui ai dit qu'elle nous rejoindra dans quelques jours.

Dubaku : Elle ne sait pas la chance qu'elle a de t'avoir pour soeur. Tu es prête à partir ?

Marika : Presque.

Dubaku : Dépêche-toi. Je t'envoie une voiture Elle va arriver bientôt. Va l'attendre en bas.

Marika : Pour aller où ?

Dubaku : Ne t'en fais pas. Le chauffeur sait. Je veux que la femme que j'aime attende en bas dès que possible.

Jack : Très bien. Bon travail.

Renée : On a une adresse ?

Jack : Non. Il envoie une voiture. Suivez-moi. Personne en bas de la rue.

Renée : On peut faire dire au chauffeur où est Dubaku.

Jack : On n'est pas sûrs qu'il parlera. Si on tarde trop, Dubaku n'attendra pas.

Renée : On fait quoi ?

Jack : Elle doit y aller.

 Renée : Quoi ?

Jack : On peut la suivre avec son téléphone.

Renée : Qu'elle aille avec Dubaku ?

Jack : On n'a pas le choix. Si on veut Dubaku, c'est notre chance. Je dois vous demander un service. Vous n'êtes pas obligée. Mais on voudrait que vous montiez dans la voiture, et on vous suivra jusqu'à Dubaku.

Marika : Que dites-vous ?

Rosa : Vous voulez qu'elle aille le voir ?

Jack : On n'aura pas d'autre chance de l'avoir avant qu'il disparaisse.

Marika : Je vous aiderai. Je vais le faire.

Rosa : Je suis ta grande soeur, et je te l'interdis.

Marika : C'est à moi de décider, pas à toi. Et je dois le faire.

Jack : Donnez-moi votre portable.

Marika : Que faites-vous ?

Jack : Je prends le numéro SID. On vous suivra comme ça. On ne vous laisse pas seule. L'agent Walker et moi, on ne sera jamais plus loin que 2 km. Dès que vous arriverez, on interviendra.

Rosa : 2 km. Tu es folle ?

Marika : Arrête, Rosa.

Rosa : Tu l'as entendu. C'est un meurtrier ! Il peut te faire du mal.

Marika : Mais non. Rosa, j'aurais dû t'écouter.

Rosa : Ma chérie.

Marika : Tu m'avais mise en garde.

Rose : Écoute, je t'ai dit tout ça parce que j'étais jalouse. Et je ne voulais pas te perdre.

Jack : Larry, c'est Jack. Vous avez quelqu'un pour nous épauler ?

Moss : Elle est arrivée. Je mets le haut-parleur.

-Jack, c'est Chloé. Tu veux quoi ?

Jack : En combien de temps tu peux tracer un portable ?

Chloé : Avec leur système qui marche à l'envers, ça prendra quelques minutes.

Jack : D'accord. Je te donne le numéro SID. 1-C-4-8-6-8-9. Tu l'as ?

Chloé : C'est bon.

Moss : Qui suivez-vous ?

Jack : Une femme proche de Dubaku.  Il la fait chercher.

Moss : Elle travaille pour lui ?

Jack : C'est un peu plus compliqué.

_______________________

16 :43 :55

Olivia Taylor : Arthur , Vous ne trouverez pas de cabinet avec des consultants plus chevronnés pour une entreprise aussi petite que la vôtre. Mon cabinet a conseillé au gouverneur d'échanger la taxe foncière et la taxe de vente dans la réforme budgétaire. Dexter-Carr a économisé un paquet avec ça.

Arthur : En effet, Olivia. Mais comme c'est vous que je veux engager, je veux savoir ce que vous pouvez faire.

Olivia Taylor : Tout ce que vous voulez. Vous avez lu mon CV.

Arthur : Et influencer la Maison Blanche ? Compte tenu de votre famille.

Olivia Taylor : Nous ne faisons pas de lobbying. C'est spécifié dans le contrat.

Arthur : Mais comme la présidente vous écoute...

Olivia Taylor : C'est faux. Est-ce un problème ?

-Mademoiselle Taylor ?

Olivia Taylor :  Je vous connais ?

- Je suis Aaron Pierce. Votre bureau m'a dit où vous étiez. J'ai été détaché à la demande de la présidente.

Olivia Taylor : Selon votre plaque, vous êtes retraité. On ne vous a pas dit que j'ai refusé la protection des services secrets.

Aaron : Je suis au courant, madame. C'est une circonstance particulière.

Olivia Taylor : Comme vous le voyez, je suis occupée pour le moment. C'est pas le moment.

Aaron : Je me permets d'insister.

Arthur : Vraiment... Ça va.

Olivia Taylor : Non. Non, ça ne va pas. Qu'y a-t-il de si important pour que ma mère m'empêche de faire des affaires ?

Aaron : Je ne suis pas autorisé à le dire. Cette information est confidentielle.

Arthur : On reprendra cela plus tard.

Olivia Taylor : Arthur, attendez...

Arthur : On reste en contact.

Aaron : Madame, s'il vous plaît.

Olivia Taylor : Je n'irai nulle part sans savoir de quoi il s'agit.

Aaron : C'est votre père, Mlle Taylor. On lui a tiré dessus. Il est en chirurgie à l'hôpital d'Arlington. Votre mère y est déjà. Tout ceci est confidentiel.

Olivia Taylor : Mon Dieu...

Aaron : Ma voiture est dehors.

_____________________

16 :46 :03

Janis :  Excuse-moi, Sean. Je peux avoir la clé bêta du serveur ?

Sean : Pour ?

Janis : Larry l'a demandée. C'est lié au contrôle du pare-feu.

Sean : Pourquoi il vient pas lui-même ?

Janis : Je sais pas.

Sean :  Je vais lui demander.

Janis : Non. Ok, Je pense que Larry a amené cette Chloé O'Brian pour me remplacer. Je veux juste jeter un œil sur son travail. C'est tout.

Sean : C'est assez pour qu'on perde nos boulots.

Janis : Je devrais peut-être arrêter de te couvrir.

Sean : De quoi tu parles ?

Janis : Votre petite histoire de cul avec Erika. J'ai rien dit à Larry ou à ta femme. Je pense que tu aimerais que ça reste comme ça.

Sean : Tu sais que t'es une salope ?

Janis : C'est toi la salope.

____________________

Chloé : Le lien est fait, j'ai le signal.

Jack : Bien reçu. Je te rappelle. On y est. On doit y aller.

Rosa : Vous, FBI. Protégez-la, vous m'entendez ?

Renée : D'accord.

Marika : J'ai vraiment peur. Ça va aller. Rappelez-vous, on est juste derrière.

Renée : Attendez là. Si vous avez des ennuis,  prévenez-nous en composant le 1-0...

Jack : Non, ne faites pas ça. Ne faites rien qui éveille la suspicion du chauffeur. Vous êtes prête ?

Marika : Oui. Ok.

Jack : Qu'est-ce que vous faisiez ?

Renée : Elle avait peur. Je voulais qu'elle ait une autre option que d'attendre notre intervention.

Jack : Si on veut Dubaku, il n'y a pas d'autre option, compris ? C'est pas votre première fois.

Renée : Pas sans support tactique, et deux unités de renfort sur les lieux.  Elle est exposée, j'aime pas ça.

Jack : On ne parle pas de vous. Mais d'elle et de Dubaku. La vie est moche, des innocents sont blessés, c'est une réalité. Au moins, elle a le choix de s'impliquer, de faire ce qu'il faut. Je peux pas en dire autant des victimes de Dubaku. Notre boulot, c'est d'attraper Dubaku. Le reste ne vous regarde pas. Chloé, la voiture est là.

Chloé : Bien reçu.

Jack : Elle monte.

Chloé  : Bien reçu.

Jack : Elle bouge. Tu les as ?

Chloé : Oui, je les ai, ils vont vers le sud sur la 14e. Envoie leur position sur le PDA de l'agent Walker.

Chloé : Non je ne peux pas,  je vais vous diriger.

Jack : Faut qu'on soit près.  Compris.

Chloé : Va vers la 14e, tourne à droite.

Jack : Bien reçu.

16 :54 :47

Marika : C'est encore loin ?

Jack :  Je continue à l'ouest sur R Street, on croise Hampshire Avenue.

Moss : Vous êtes à 1 km de la cible.

Jack : Bien reçu.

Chloé : La voiture tourne à gauche sur Connecticut.

Jack : OK, je contourne Dupont Circle. Agent Moss, y a-t-il quelque chose au nord qui indiquerait que Dubaku cache un avion ou un hélico ?

Moss : Rien de concluant. Il y a beaucoup trop de possibilités. Qu'est-ce que c'était ?

Chloé : On a un problème.

Jack : Quoi ?

Chloé : On les a perdus.

Jack : Quoi ?

Chloé :  Je sais pas. Ça a sauté.

Renée : On peut pas les perdre. Je lui ai promis qu'on la protégerait.

Jack : Je sais. Chloe, retrouve-les.

Moss : On fait de notre mieux.

Chloé :Attends. C'est revenu.

Jack :  C'était quoi ?

Chloé : Je sais pas. Je lance un diagnostic.

Moss : Ils vont vers le sud-est sur Massachusetts Avenue. Ils ne sont plus qu'à 800 m. Vous devriez vous éloigner un peu.

Jack : Bien reçu.

Chloé : oh non.

Moss : Quoi ?

Chloé : Quelqu'un était dans le système.

Moss : Quoi ?

Chloé : Quelqu'un dans ce bureau espionnait mon terminal. Et il savait ce qu'il faisait.

Moss : Vous pouvez le tracer ? Non. Le lien a été rompu. Ça peut venir de n'importe où.

Moss : Vous avez entendu ? On a une intrusion. Quelqu'un espionnait nos communications.

Renée : Jack, Ils viennent de tous les côtés.

Jack :  Larry, on a un problème, ici.

Moss :  Qu'y a-t-il ?

Jack : La police essaie de nous bloquer la route.

Moss : Quoi ? Pourquoi ils font ça ?

Jack : Je sais pas. Débarrassez-nous-en ! Faites quelque chose !

Moss : Passez-moi le centre de commande de la police.

-Mains en l'air !

Jack : Mon nom est Jack Bauer.

- Sortez de la voiture !

Jack : Mon passager est un agent fédéral.

- Sortez immédiatement !  À terre !

Jack : C'est un agent fédéral.

-Mettez les mains dans le dos.

Jack : Larry, faites quelque chose.

Moss : Capitaine, vous devez les relâcher immédiatement ! C'est une erreur.  il n'y a pas de mandat fédéral contre eux !

Chloé : Si. Il y a un mandat sur la voiture. "Occupants armés et dangereux, à appréhender avec force."

Moss :  Émis par qui ?

Chloé : Le FBI. Ce bureau. Il n'y a pas d'attribution, mais le code est bon. Ça a été fait par quelqu'un d'ici. La voiture de Marika va vers l'est sur N Street.

Moss : Écoutez-moi bien. Je suis le responsable de cette affaire, et je révoque ces mandats immédiatement. Je n'ai pas le temps de m'arranger avec vos chefs. Relâchez-les tout de suite !

16 :58 :07

Janis : Merci.

Sean : Alors, elle est là pour te remplacer ?

Janis : Je sais pas. Larry l'utilise pour une opération secrète avec Jack Bauer. Ils suivent une voiture.

Sean : Pourquoi ils ne nous disent rien ?

Janis : Je sais pas. Je sais pas, mais j'aime pas ça.

Sean :  Je me suis occupé de Bauer et Walker. Ils sont immobilisés.

Burnett : Pourquoi suis-je averti à la dernière minute ?

Sean :  Moss agit de sa propre initiative. Ça m'a pris du temps pour mettre son téléphone sur écoute. Il est avec la police.

Burnett : Pouvez-vous brouiller le signal qu'ils utilisent pour suivre la fille ?

Sean :  Pas de ma console. Mais d'après la fréquence, ils utilisent son téléphone.

Burnett : D'accord. Bon travail.

Sean : Vous m'aviez dit que vous vous débarrasseriez de Dubaku.  Pourquoi on l'aide encore ?

Burnett :  Il a menacé de nous dénoncer. Il a une base de données avec les noms et les comptes de tout le monde.

Sean :  Le mien aussi ?

Burnett : Tout le monde ! On ne sait pas où est ce dossier, priez pour qu'il s'en sorte.

Moss : Oui, c'est en rapport avec la menace terroriste de ce matin.

Burnett : Vous avez un problème.

Dubaku :  Lequel ?

Burnett : Votre petite amie travaille avec le FBI.

Dubaku : Je vous crois pas.

Burnett : Ils lui ont dit qui vous êtes vraiment, il y a une demi-heure.

Dubaku : C'est impossible. Marika ne ferait jamais ça.

Burnett : C'est une information fiable de ma source au FBI. Elle les mène à vous en utilisant son téléphone comme mouchard. Ma source a ralenti leur surveillance pour un moment, mais vous devez vous rendre à l'aérodrome immédiatement. J'appelle mon chauffeur, il s'occupera d'elle.

Dubaku : Non. Je le ferai.

Burnett : Colonel, je vous ai dit, ils la suivent. Vous compromettez vos chances de vous échapper.

Dubaku : J'ai dit, je m'en occupe !

17 :00 :00

 

Kikavu ?

Au total, 21 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Xena1 
09.03.2019 vers 17h

Daisy2860 
10.02.2018 vers 17h

stephane25 
31.01.2018 vers 18h

Phoebus 
11.01.2018 vers 01h

Tao50 
06.02.2017 vers 13h

RonanBart 
05.10.2016 vers 01h

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 2 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Ne manque pas...

L'équipe HypnoConnect en charge des réseaux sociaux d'Hypnoweb recrute un animateur pour Twitter !
HypnoConnect recrute ! | Plus d'infos

HypnoMag, le magazine d'Hypnoweb, cherche des rédacteurs pour compléter son équipe !
HypnoMag recrute ! | Plus d'infos

Activité récente
Actualités
Alternative Awards 2020 : pensez à voter !

Alternative Awards 2020 : pensez à voter !
Les Alternative Awards 2020 ont débuté depuis le début de la semaine. Les catégories se succèdent,...

Filthy Rich avec Gerald McRaney débute ce soir sur Fox

Filthy Rich avec Gerald McRaney débute ce soir sur Fox
Nous vous avons présenté la série Filthy Rich, avec Gerald McRaney au début du mois de septembre,...

Un nouvel Emmy Award pour Cherry Jones !

Un nouvel Emmy Award pour Cherry Jones !
Cherry Jones a remporté un nouvel Emmy Award lors de la 72ème édition qui vient de se tenir aux...

Kim Raver dans le trailer de la saison 17 de Grey's Anatomy

Kim Raver dans le trailer de la saison 17 de Grey's Anatomy
ABC poursuit la promotion de la saison 17 de Grey's Anatomy avec un poster, une accroche -...

McKenna Grace rejoint The Handmaid's Tale

McKenna Grace rejoint The Handmaid's Tale
McKenna Grace poursuit sa carrière d'actrice. Après avoir joué la fille du Président Kirkman aux...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
HypnoRooms

pretty31, 19.10.2020 à 14:52

Une nouvelle partie de Ciné-Emojis vous attend sur HypnoClap ! Venez deviner le film ou le personnage représenté

mnoandco, Avant-hier à 10:58

Dernier jour pour voter au concours wallpapers d'A Discovery of Witches, 1er round Vite, vite, un p'tit clic

grims, Hier à 07:12

Coucou venez poster une photo du personnage que vous détestez le plus sur le quartier outlander !

mnoandco, Hier à 12:46

Seconde phase de vote pour le concours A Discovery of Witches : venez départager les deux finalistes de ce duel amical. Merci

swceliikz, Hier à 21:07

Coucou Nouveau design sur le quartier Shadowhunters par Sabby

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site